Articles par admin

Vous regardez actuellement admin’s articles.

Titre: Présentation du projet paroissial
Lieu: 2 rue des Tonneliers
Description: Présentation du projet Paroissial
Heure début: 20:00
Date: 2012-02-12

 

Mardi 21 février à 20h au Foyer Tonneliers

Une trentaine de paroissiens, conseillers élus ou non, se sont réunis tous les mois depuis un an et demi.

En juin 2011 trois commissions ont été créées pour voir comment nous pourrions
* aller vers un meilleur accueil des nouveaux-venus …
* améliorer notre organisation …
* dynamiseer notre animation spirituelle …
Bien des idées ont germé, certaines sont déjà mises en oeuvre.
Le 21 février le tout vous sera présenté !
MERCI DE VENIR MANIFESTER VOTRE INTERET !

 

P1010411

Méditation

 

Nous faisons tous partie
de la chaîne humaine
pour combattre le feu
de la destruction
menaçant
notre terre
et
notre humanité
chaque maillon compte
autant que tout autre –
sans toi,
la chaîne serait brisée
sans moi
incomplète
toutes nos voix
à l’unisson
font que s’élève
la Mélodie de la Vie
toutes nos mains
tous nos pieds
et toutes nos pensées
sont nécessaires
afin que l’Œuvre
s’accomplisse
à la gloire
de Dieu.

 

P1020795

 Oui

il y a un temps pour tout …

 

… sagesse transmise du fond des âges
un temps pour s’aimer
pour se chérir
et un temps pour se marcher sur les pieds
sans faire exprès
un temps pour travailler
aussi sur soi
afin de devenir davantage SOI
et un temps pour se reposer
pour flâner et se laisser vivre
un temps pour être heureux
et se réjouir
pour être reconnaissant
et un temps pour la frustration
la revendication
sinon la révolte
ou la déprime
et puis –
il y a de nouveau un temps
pour aimer
pour s’aimer
pour se chérir
pour travailler avec joie
aussi sur soi
pour être heureux
et se réjouir
et
pour être
reconnaissant …
et
ce temps

E S T   L À

I C I

M A I N T E N A N T !


Le 8 janvier 2012 , la paroisse protestante de Schiltigheim a accueilli dans son église de la rue Principale des musiciens accordéonistes, membres des ensembles ACR 2000 et TRIOLET

Le répertoire, très séduisant, donné avec musicalité et enthousiasme, a captivé le public .

Celui du premier groupe :  ACR 2000

– une dizaine de musiciens –

a revisité un répertoire connu de styles variés, tandis que celui du 2ème :  Triolet

était d’inspiration moderne, proche de l’improvisation et d’une recherche d’effets sonores particuliers.

 » Ne vous conformez pas au siècle présent, mais soyez transformés par le renouvellement de votre intelligence, afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait. « 

 

Pourquoi est-ce que j’oublie? J’oublie  » cette voix qui fait entendre des cieux ces paroles : Celui-ci est mon fils bien-aimé en qui j’ai mis toute mon affection.  » Cette voix que chacun de nous peut entendre dans le secret de son coeur! Cette parole qui fait taire tous nos bavardages, qui nous place au-dessus de nos émotions, cette parole qui nous coupe le souffle! Qui me fait m’écrier : Quoi! Il était là depuis toujours et je ne le savais pas!

lire la suite de cet article… »

Frères et sœurs, permettez-moi de commencer notre méditation par une scène tirée d’un livre, d’un film aussi que vous connaissez sans doute. Dans « Le nom de la Rose » d’Umberto Eco, deux hommes sont envoyés enquêter sur la mort de plusieurs moines cisterciens. L’un est William d’Ockham, éminent théologien de l’époque et moine franciscain déjà âgé. L’autre est le jeune novice Adson, qui doit faire ses preuves avant de pouvoir entrer dans les ordres. Une nuit Adson entreprend de son propre chef quelque investigation importante et ce faisant rencontre une jeune fille, venue trouver un peu de subsistance au monastère. Il expérimente alors le grand bonheur de l’amour avec la douce et belle paysanne qu’il sauve de la brutalité ambiante, avant de s’évanouir, car il sait que ses actes, une fois découverts peuvent lui valoir l’exclusion et la fin de son projet de vie monastique.

 

Adson décide de tout confesser à son professeur et mentor, et … William d’Ockham, plein de sagesse, homme d’expérience, à la grande surprise du jeune homme, ne le condamne pas. Au contraire il fait preuve de compréhension disant à son novice encore anéanti: « Avec une si jolie fille le plus grand saint aurait succombé!» avant d’enchaîner sur une explication de la haute vision biblique de la femme et du cynisme des règles monastiques en vigueur à leur époque à cet égard.

 

Bien chers, loin de vouloir polémiquer sur le bien-fondé du célibat, ce qui m’intéresse dans toute cette scène, est de voir comment ces quelques paroles de pardon et de compréhension ont permis au jeune Adson de surmonter sa crise de vie et de se construire durablement et fermement. Peu après il dévoilera à son maître le contenu de ses investigations pertinentes et l’enquête fera un grand bond en avant.

 

Sentez-vous comme moi, à quel point ces simples paroles sages, chaleureuses et humaines ont eu un pouvoir et une force immenses sur le jeune homme, mais aussi sur le cours des événements ?

 

Dans notre lecture biblique nous trouvons des paroles d’une semblable force. Dieu parle à Josué. L’immense figure, le serviteur de Dieu, le libérateur du peuple, Moïse vient de mourir et Dieu en personne a enterré son ami dans un lieu que Lui seul connaît (Dtn 34,6). Josué l’avait bien secondé et accompagné durant l’errance au désert, avait reçu l’Esprit de Dieu quand Moïse lui avait imposé les mains (Nbre 27,18-23), mais à présent il fallait passer à l’action seul. Les 12 tribus du peuple hébreu, tous paysans nomades attendent d’entrer dans la terre promise. Il faudra leur attribuer à chacune son territoire et puis il faudra conquérir Jéricho et les autres puissantes villes où vivent les fiers cananéens. Qui voudrait être à la place de Josué, assumer cette responsabilité titanesque, jouer ce rôle-là? Et qui ne comprendrait pas l’angoisse et l’appréhension de ce moment charnière ?

 

Mais Dieu de lui parler droit au cœur et ses paroles vont crescendo : « Sois courageux et fort (v.6), oui, il te suffira d’être courageux et fort et d’observer la loi de Moïse, alors tes projets réussiront (v. 8). Ne tremble pas et ne te laisse pas abattre, je serai avec toi, partout où tu iras (v.9) » Ce ne sont pas là ni des ordres, comment ordonner le courage, d’ailleurs ?! Ce ne sont pas non plus des mots creux et kitsch en l’air. Ce sont des paroles qui ouvrent l’avenir, des paroles véritablement édifiantes, oui qui permettent de construire, des mots chaleureux comme un chaud manteau en plein hiver, une aide, comme une bonne paire de chaussures de marche avant l’ascension d’une montagne, une libération comme une éponge qui efface une ardoise, une porte qui s’ouvre simplement. Comme le firent les mots si humains du vieux moine au jeune novice dans le nom de la Rose. En les lisant tranquillement nous sentons combien Dieu fait de plus en plus confiance à Josué, nous voyons littéralement devant nos yeux intérieurs combien Josué se redresse mot après mot et se met en route, main dans la main avec son Dieu.

 

Nous ne sommes pas Josué, bien-sûr, ni leu jeune Adson. Encore que le dernier verset, le verset neuf a souvent été donné comme verset de confirmation: (A quelqu’un ici?!) « N’oublie pas que je t’ai recommandé d’être courageux et fort, ne tremble pas et ne te laisse pas abattre, car moi, le Seigneur ton Dieu, je serai avec toi partout où tu iras.» Au seuil de cette nouvelle année nous sommes, nous aussi, au seuil d’une nouvelle étape de vie, comme le peuple de Dieu du temps de Josué, nous sommes sur le point d’entrer dans une nouvelle région, un nouveau pays de notre vie, qui apportera de nouveaux challenges, de nouvelles joies et peut-être de nouvelles épreuves.

 

Quelles attentes pèsent sur nous ? Quelles attentes faisons-nous peser nous-mêmes ? Et le Seigneur, qu’attend-il de nous ? Saurons-nous être à la hauteur ?

 

Nous pouvons nous perdre dans tout cela. Dans le désert du Sinaï de nos soucis et des soucis de la planète nous pouvons nous épuiser à regarder autour de nous et à regarder en arrière vers les pots de nourriture de l’Egypte, nous pouvons, comme le peuple hébreu si souvent durant les 40 ans d’errance développer une mentalité du désert sans oasis à l’horizon. Nous pouvons aussi rester dans le campement sur les rives du Jourdain, immobiles et de plus en plus grincheux.

 

Mais nous pouvons dire aussi comme Jacques nous le recommande : Si Dieu veut et nous vivrons, nous ferons ceci et cela, si Dieu nous prête vie, oui, oui alors nous ferons tout cela.

 

Nous pouvons prendre la parole, poser des actes comme Jésus dans la synagogue de sa ville d’enfance, où pourtant il avait toutes les chances d’être mal reçu.

 

Nous avons bel et bien une terre à conquérir, une terre promise devant nos pas. Elles sont pour nous aussi, ces paroles : Sois courageux et fort et d’observe la loi de Moïse, alors tes projets réussiront (v. 8). Ne tremble pas et ne te laisse pas abattre, je serai avec toi, partout où tu iras.

 

Que le Seigneur nous bénisse ! Amen.

Ulrike Richard-Molard


Fatal error: Call to undefined function wp_add_inline_script() in /home/ppschilt/www/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/nextgen_gallery_display/package.module.nextgen_gallery_display.php on line 320