Articles par admin

Vous regardez actuellement admin’s articles.

Titre: Présentation du projet paroissial
Lieu: 2 rue des Tonneliers
Description: Présentation du projet Paroissial
Heure début: 20:00
Date: 2012-02-12

 

Mardi 21 février à 20h au Foyer Tonneliers

Une trentaine de paroissiens, conseillers élus ou non, se sont réunis tous les mois depuis un an et demi.

En juin 2011 trois commissions ont été créées pour voir comment nous pourrions
* aller vers un meilleur accueil des nouveaux-venus …
* améliorer notre organisation …
* dynamiseer notre animation spirituelle …
Bien des idées ont germé, certaines sont déjà mises en oeuvre.
Le 21 février le tout vous sera présenté !
MERCI DE VENIR MANIFESTER VOTRE INTERET !

P1020795

Oui

il y a un temps pour tout –

sagesse transmise du fond des âges
un temps pour s’aimer
pour se chérir
et un temps pour se marcher sur les pieds
sans faire exprès
un temps pour travailler
aussi sur soi
afin de devenir davantage SOI
et un temps pour se reposer
pour flâner et se laisser vivre
un temps pour être heureux
et se réjouir
pour être reconnaissant
et un temps pour la frustration
la revendication
sinon la révolte
ou la déprime
et puis –
il y a de nouveau un temps
pour aimer
pour s’aimer
pour se chérir
pour travailler avec joie
aussi sur soi
pour être heureux
et se réjouir
et
pour être
reconnaissant …
et
ce temps

E S T   L À

I C I

M A I N T E N A N T !

Prière du soir

P01190

Au jour d’aujourd’hui

j’ai encore fait

ce que j’ai pu

j’ai fait de mon mieux

et ce fut si peu …

Voici venue la nuit

je cède les rênes

je Te laisse le volant

et je Te demande

de venir

m’habiter

pleinement …

Tu dénoues

ce qui reste noué

après tant d’efforts

souvent vains

Tu éclaires

ce qui est tombé

dans les ténèbres

en pleine journée

Tu me donnes

ce que je n’ai pu

recevoir

ailleurs

Tu renouvelles

les forces affaiblies

au service de l’Amour

Tu me combles

Tu me consoles

et Tu prépares

dans le creux de la nuit

ma nouvelle naissance …

qu’à l’aube

je vivrai

En chantant

M E R C I !

Méditation

P1010411

Méditation …

Nous faisons tous partie
de la chaîne humaine
pour combattre le feu
de la destruction
menaçant
notre terre
et
notre humanité
chaque maillon compte
autant que tout autre –
sans toi,
la chaîne serait brisée
sans moi
incomplète
toutes nos voix
à l’unisson
font que s’élève
la Mélodie de la Vie
toutes nos mains
tous nos pieds
et toutes nos pensées
sont nécessaires
afin que l’Œuvre
s’accomplisse
à la gloire
de Dieu.


Le 8 janvier 2012 , la paroisse protestante de Schiltigheim a accueilli dans son église de la rue Principale des musiciens accordéonistes, membres des ensembles ACR 2000 et TRIOLET

Le répertoire, très séduisant, donné avec musicalité et enthousiasme, a captivé le public .

Celui du premier groupe :  ACR 2000

– une dizaine de musiciens –

a revisité un répertoire connu de styles variés, tandis que celui du 2ème :  Triolet

était d’inspiration moderne, proche de l’improvisation et d’une recherche d’effets sonores particuliers.

 » Ne vous conformez pas au siècle présent, mais soyez transformés par le renouvellement de votre intelligence, afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait. « 

 

Pourquoi est-ce que j’oublie? J’oublie  » cette voix qui fait entendre des cieux ces paroles : Celui-ci est mon fils bien-aimé en qui j’ai mis toute mon affection.  » Cette voix que chacun de nous peut entendre dans le secret de son coeur! Cette parole qui fait taire tous nos bavardages, qui nous place au-dessus de nos émotions, cette parole qui nous coupe le souffle! Qui me fait m’écrier : Quoi! Il était là depuis toujours et je ne le savais pas!

lire la suite de cet article… »

Frères et sœurs, permettez-moi de commencer notre méditation par une scène tirée d’un livre, d’un film aussi que vous connaissez sans doute. Dans « Le nom de la Rose » d’Umberto Eco, deux hommes sont envoyés enquêter sur la mort de plusieurs moines cisterciens. L’un est William d’Ockham, éminent théologien de l’époque et moine franciscain déjà âgé. L’autre est le jeune novice Adson, qui doit faire ses preuves avant de pouvoir entrer dans les ordres. Une nuit Adson entreprend de son propre chef quelque investigation importante et ce faisant rencontre une jeune fille, venue trouver un peu de subsistance au monastère. Il expérimente alors le grand bonheur de l’amour avec la douce et belle paysanne qu’il sauve de la brutalité ambiante, avant de s’évanouir, car il sait que ses actes, une fois découverts peuvent lui valoir l’exclusion et la fin de son projet de vie monastique.

 

Adson décide de tout confesser à son professeur et mentor, et … William d’Ockham, plein de sagesse, homme d’expérience, à la grande surprise du jeune homme, ne le condamne pas. Au contraire il fait preuve de compréhension disant à son novice encore anéanti: « Avec une si jolie fille le plus grand saint aurait succombé!» avant d’enchaîner sur une explication de la haute vision biblique de la femme et du cynisme des règles monastiques en vigueur à leur époque à cet égard.

 

Bien chers, loin de vouloir polémiquer sur le bien-fondé du célibat, ce qui m’intéresse dans toute cette scène, est de voir comment ces quelques paroles de pardon et de compréhension ont permis au jeune Adson de surmonter sa crise de vie et de se construire durablement et fermement. Peu après il dévoilera à son maître le contenu de ses investigations pertinentes et l’enquête fera un grand bond en avant.

 

Sentez-vous comme moi, à quel point ces simples paroles sages, chaleureuses et humaines ont eu un pouvoir et une force immenses sur le jeune homme, mais aussi sur le cours des événements ?

 

Dans notre lecture biblique nous trouvons des paroles d’une semblable force. Dieu parle à Josué. L’immense figure, le serviteur de Dieu, le libérateur du peuple, Moïse vient de mourir et Dieu en personne a enterré son ami dans un lieu que Lui seul connaît (Dtn 34,6). Josué l’avait bien secondé et accompagné durant l’errance au désert, avait reçu l’Esprit de Dieu quand Moïse lui avait imposé les mains (Nbre 27,18-23), mais à présent il fallait passer à l’action seul. Les 12 tribus du peuple hébreu, tous paysans nomades attendent d’entrer dans la terre promise. Il faudra leur attribuer à chacune son territoire et puis il faudra conquérir Jéricho et les autres puissantes villes où vivent les fiers cananéens. Qui voudrait être à la place de Josué, assumer cette responsabilité titanesque, jouer ce rôle-là? Et qui ne comprendrait pas l’angoisse et l’appréhension de ce moment charnière ?

 

Mais Dieu de lui parler droit au cœur et ses paroles vont crescendo : « Sois courageux et fort (v.6), oui, il te suffira d’être courageux et fort et d’observer la loi de Moïse, alors tes projets réussiront (v. 8). Ne tremble pas et ne te laisse pas abattre, je serai avec toi, partout où tu iras (v.9) » Ce ne sont pas là ni des ordres, comment ordonner le courage, d’ailleurs ?! Ce ne sont pas non plus des mots creux et kitsch en l’air. Ce sont des paroles qui ouvrent l’avenir, des paroles véritablement édifiantes, oui qui permettent de construire, des mots chaleureux comme un chaud manteau en plein hiver, une aide, comme une bonne paire de chaussures de marche avant l’ascension d’une montagne, une libération comme une éponge qui efface une ardoise, une porte qui s’ouvre simplement. Comme le firent les mots si humains du vieux moine au jeune novice dans le nom de la Rose. En les lisant tranquillement nous sentons combien Dieu fait de plus en plus confiance à Josué, nous voyons littéralement devant nos yeux intérieurs combien Josué se redresse mot après mot et se met en route, main dans la main avec son Dieu.

 

Nous ne sommes pas Josué, bien-sûr, ni leu jeune Adson. Encore que le dernier verset, le verset neuf a souvent été donné comme verset de confirmation: (A quelqu’un ici?!) « N’oublie pas que je t’ai recommandé d’être courageux et fort, ne tremble pas et ne te laisse pas abattre, car moi, le Seigneur ton Dieu, je serai avec toi partout où tu iras.» Au seuil de cette nouvelle année nous sommes, nous aussi, au seuil d’une nouvelle étape de vie, comme le peuple de Dieu du temps de Josué, nous sommes sur le point d’entrer dans une nouvelle région, un nouveau pays de notre vie, qui apportera de nouveaux challenges, de nouvelles joies et peut-être de nouvelles épreuves.

 

Quelles attentes pèsent sur nous ? Quelles attentes faisons-nous peser nous-mêmes ? Et le Seigneur, qu’attend-il de nous ? Saurons-nous être à la hauteur ?

 

Nous pouvons nous perdre dans tout cela. Dans le désert du Sinaï de nos soucis et des soucis de la planète nous pouvons nous épuiser à regarder autour de nous et à regarder en arrière vers les pots de nourriture de l’Egypte, nous pouvons, comme le peuple hébreu si souvent durant les 40 ans d’errance développer une mentalité du désert sans oasis à l’horizon. Nous pouvons aussi rester dans le campement sur les rives du Jourdain, immobiles et de plus en plus grincheux.

 

Mais nous pouvons dire aussi comme Jacques nous le recommande : Si Dieu veut et nous vivrons, nous ferons ceci et cela, si Dieu nous prête vie, oui, oui alors nous ferons tout cela.

 

Nous pouvons prendre la parole, poser des actes comme Jésus dans la synagogue de sa ville d’enfance, où pourtant il avait toutes les chances d’être mal reçu.

 

Nous avons bel et bien une terre à conquérir, une terre promise devant nos pas. Elles sont pour nous aussi, ces paroles : Sois courageux et fort et d’observe la loi de Moïse, alors tes projets réussiront (v. 8). Ne tremble pas et ne te laisse pas abattre, je serai avec toi, partout où tu iras.

 

Que le Seigneur nous bénisse ! Amen.

Ulrike Richard-Molard

   (photos Frieda Bohnert)

◊  ◊ ◊

0.1. Une Veillée musicale de l’Avent méditative, était organisée ce 27 novembre 2011 en l’église de la Trinité de Schiltigheim, conduite par MadameHélène Kolb. Les peintures du pasteur Edouard Bicking retraçant l’Histoire du Salut, projetées sur grand écran, ont accompagné et éclairé les commentaires de Mme Kolb et la Parole biblique dite par Ulrike Richard-Molard, pasteure de la paroisse.
0.2. Toutes deux invitèrent les jeunes musiciens Bénédicte Wodey, flûtiste, et Parsival Castro, luthiste, à dialoguer avec les images et les textes. La grande qualité des œuvres (J.van Eyck, J.S.Bach), et de leur présentation, ont contribué, avec la ferveur de la parole et la profondeur des peintures, à créer un climat d’écoute et  un temps d’intériorité profonde.
◊  ◊ ◊

Cordiales félicitations à la gagnante  du 1er lot
de la Tombola
de notre Fête paroissiale :

Chapter 1. Mme Antoine Igel,  13 rue Kléber à Schiltigheim :

voir : 1erLotTombola


et voici quelques aperçus de la Fête-Vente classique
et du culte festif exceptionnel de dimanche dernier !

1)  (photos Pierre Diffiné)

◊  ◊ ◊

Quelques aperçus
du déjà traditionnel Concert inter-religieux

« Souffles d’Espérance »

vécu avec beaucoup de bonheur
dans l’église de la Trinité le samedi 29 octobre 2011

  (photos Pierre Diffiné)
comme toujours : cliquer pour agrandir…

◊  ◊ ◊

CIEL, JE SUIS AMOUREUX  !  La psychologie des états amoureux

Dans le cadre de Protes’temps forts 2011 :
une Conférence–débat a eu lieu le samedi 22 octobre à 20h
au Foyer Protestant 2 rue des Tonneliers à Schiltigheim
avec Ruth Wolff-Bonsirven,
pasteure à Reitwiller et conseillère conjugale et familiale :

CIEL, JE SUIS AMOUREUX. Le titre retenu pour cette conférence-débat animée par le pasteur Ruth Wolff-Bonsirven était de nature à décourager plus d’un d’y participer. Le sous-titre, la psychologie des états amoureux aurait été, sans doute, à lui tout seul, suffisant. Car c’est bien du décryptage des différentes phases que comporte cet élan qui nous attire vers l’autre, qu’a su très bien décrire et expliquer, la conférencière. Passé la première étape, celle de l’amour fusion, et après la désillusion, suivie du refus, puis de l’acceptation – non sans mal – de l’autre tel qu’il est véritablement, qui se traduit par le choix de rester à ses côtés, on peut se considérer comme étant toujours amoureux. Ouf !! Et, les couples qui durent sont ceux qui auront su franchir ensemble, toutes les étapes de ce parcours tumultueux qu’est celui de l’amour.

Reine Myreille Ngniamy

Et voici quelques aperçus
(cliquer dessus pour agrandir !)
du culte inter-consistorial de dimanche 23 octobre à Schiltigheim,
avec Bischheim, Souffelweyersheim et Reichstett,
avec chorales, saynette (sur l’histoire de Ruth et de Boas), chorégraphie,
prédication de la pasteure Sandra Zurcher-Droit de Bischheim
(voir texte dans la rubrique « Prédications » !),

placé encore sous le thème « Ciel, je suis amoureux ! »  :

légendes des photos :
2 : Rachel, précieuse accompagnatrice des chants de la chorale
3 : les lecteurs …
4-11 : récit de Ruth et Boos (cf. livre de Ruth chap. 2-4), interprété par les jeunes cathéchumènes
12,13,14,17 : « Toi qui aimes ceux qui s’aiment » chanté par le choeur interconsistorial dirigé par Claude Bantz, accompagné par Ulrike et Rachel.
18-19 : Sandra Zürcher-Droit, messagère pour ce culte.
 cliquer dessus pour agrandir ! (photos :  Christiane Issler)

◊  ◊ ◊

Souvenir de notre Culte de Rentrée,
Fête des Récoltes :
♥ voir les photos-souvenirs dans la rubrique Cultes + Plan des cultes
♥    relire les prédications dans la rubrique correspondante



◊   ◊   ◊

cliquer sur l’image pour la voir en entier …

Chapter 2.

En mémoire
du 11 septembre 2001
et sur le thème de la non-violence évangélique active

vous trouverez
dans la rubrique Prédications
les textes de notre culte à thème du 11 septembre 2011 en l’église de la rue Principale :
l’introduction par notre pasteure,
Ulrike Richard-Molard,
et le témoignage
de Marie-Laure Richarme,
éducatrice, membre du MIR *),
ainsi que les prières et constatations des jeunes !

*)   Mouvement International de Réconciliation, cf. http//www.mirfrance.org

◊   ◊   ◊

Quelques aperçus de
notre Fête traditionnelle au CEP
du samedi 18 juin …

1) pour les détails cliquez ici !

◊  ◊  ◊

Chapter 3.

… puis le dimanche 19 juin
à l’église de la Trinité
culte introduisant la nouvelle liturgie du temps de la Trinité

1) … suivi d’un concert donné par le groupe Quintette à vent de Bischheim qui nous a réjouis avec le Sextuor op. 40 en Do m de Luise Farrenc (1804-1875) et le Quintette en Fa M (d’après le quotuor « américain » pour cordes, transcrit par D. Walter) de Anton Dvorak (1841-1904)

*  Christophe Benoist (flûte), Olivier Meissner (hautbois), Romuald Jallet (clarinette),
David Rexer (cor), Etienne Bereau (basson) et Corinne Hegenhauser (piano)

◊  ◊  ◊

Concert de l’ensemble Médicis
Dimanche 5 juin 2011 à 17h
en l’église de la rue Principale à Schiltigheim

cliquer sur les photos pour les voir en entier !

2)

L’Ensemble Médicis, fondé en l’an 2000, est une formation de musiciennes professionnelles. Quoi d’original à cela ? Eh bien ceci ! Elles choisissent de faire entendre des compositions musicales peu jouées, dans un esprit de découverte, de mise en commun de leurs dons, avec le goût de se plier à des interprétations exigeantes, de les partager, entre elles et avec le public.

Leur  répertoire se veut éclectique, avec toutefois une prédilection pour la musique de la première partie du 20ème siècle, notamment de compositeurs comme Jacques Ibert, Albert Roussel, Paul Hindemith, Franck Martin…

Ce 5 juin 2011, elles étaient nos invitées à Schiltigheim dans l’église de la rue Principale. Elles étaient venues à quatre, pour jouer en duo, en trio, en quatuor, dans cet esprit de joie qui a bien passé dans le public, même si beaucoup de places étaient restées vides…

Une réflexion de la flûtiste Miwako Shirai, créatrice de cet ensemble, traduit bien leur état d’esprit : « Je jouerais toujours avec autant de plaisir et d’engagement, même s’il n’y avait qu’une seule personne dans l’auditoire ».

Elles ont proposé un programme intitulé «Sérénade et Fugue», avec un Prélude et Fugue de Bach-Mozart, une Sérénade de Max Reger, Bucolique de Witold Lutoslawski et un Quatuor de Joseph Haydn pour flûte et cordes.

Miwako Shirai – flûte traversière, Fabienne Demigné – violon,
Anne-Irène Kempf – alto, Véronique Van Ginneken – violoncello

Chapter 4.

◊  ◊  ◊

… et voici le « film-souvenir » de ce très beau Culte Musical du 5 juin 2011

avec Sainte Cène et 2 baptêmes (les enfants Arthur Juhl et Sacha Lepage) animé  par le choeur et l’orchestre de la Trinité, placés pour la dernière fois sous la direction de Fred BENMANN – avec la Messe brève en si-bémol majeur de W.A. MOZART – avec le concours de Françoise MORI (soprano), Olivier SCHREIBER (ténor), Mireille GARRIGOU (alto),  René MULLER (basse) et  Marie-Luise HEINTZ à l’orgue.

Christian Heim,
président du Conseil Presbytéral,
à l’issue de ce culte

cliquer sur les photos
pour les voir en entier …

Chers paroissiens, chers amis,

Les expressions parmi beaucoup d’autres, – tirées de leur contexte – telles que : « jouer de la harpe et du chalumeau », « toute ma maison jouait de toute sorte d’instruments de bois, des harpes, des luths, des  tambours et des cymbales » vous disent-elles quelque chose ?

Bien sûr, elles sont extraites de la Bible – l’Ancien Testament pour celles que je viens de citer – mais vous en trouverez également dans le Nouveau Testament dans lequel même «  le second ange de l’apocalypse sonne de la trompette ».

Bien qu’évidemment cela ne soit pas son domaine principal, la Bible met (parfois) la musique à l’honneur, non la musique pour la musique mais, comme nous le trouvons écrit dans les Psaumes pour « célébrer l’Eternel avec la harpe, sur le luth à dix cordes et faites retentir vos instruments et vos voix » ou encore « sonnez de la trompette, chantez avec allégresse ».

Monsieur Benmann, vous avez sans doute lu ces versets (et d’autres aussi) et vous les avez – si je puis me permettre – mis en musique… et de quelle façon !

Un seul regard en arrière (pourvu que je ne me transforme pas en statue de sel comme la femme de Lot !) pour rappeler, sauf erreur de ma part, que c’est en 1965 que vous avez donné naissance – c’est bien le moins pour un médecin, même si l’obstétrique ne fut pas votre spécialité – à la Chorale de la Trinité : 46 ans cette année… Dans un couple, 46 ans de vie commune correspondent aux « Noces de lavande ».

En fait, vous avez mené une depuis votre retraite professionnelle une double  vie familiale et musicale (et peut-être d’autres encore que j’ignore) mais quel foisonnement !

Vos qualités humaines et musicales vous ont permis d’intéresser, de convaincre de participer à cette chorale des paroissiens, des amis du chœur de St Guillaume, des solistes mais aussi des instrumentistes, toutes personnes de talent qui composent aujourd’hui « La Chorale et l’Orchestre de chambre de la Trinité » et que je voudrais également  sincèrement et chaleureusement remercier : l’aventure n’est sans doute pas terminée car M. Benmann, vous laissez un ensemble musical en parfait état de marche !

Alors, lorsque la nouvelle est tombée dans le landerneau schilikois d’abord et au-delà ensuite : « Benmann arrête la chorale et l’orchestre », elle a fait l’effet d’une bombe…

– Quoi ? Comment ? Pourquoi ? Qu’est-ce-qui se passe?

– Qu’est-ce que ça cache ? Ce n’est pas possible !

Eh bien si justement, c’est possible : votre départ se fait dans le calme, sans qu’il y ait tiraillements ou dissensions et je voudrais saluer ici votre clairvoyance et votre intelligence de cœur qui vous ont fait décider de quitter maintenant cette fonction de chef d’orchestre et de chef de choeur, alors que tout va bien.

Cette décision ne fut sans doute pas aisée à prendre, mais elle est le reflet de votre grande sagesse.

M.  Benmann, au nom de notre paroisse,

– je vous remercie pour tout ce que vous avez fait, mis en œuvre tant pour ce qui a été visible et audible par nous que pour les facettes cachées de votre investissement

– je vous exprime notre profonde reconnaissance

– et permettez-moi de vous le dire un peu familièrement : « Chapeau bas, Fred ! »

Je voudrais également exprimer toute notre gratitude à Mme Benmann qui a fait preuve d’une infatigable efficacité, sans laquelle beaucoup de répétitions auraient eu du mal à se tenir,  sans parler de l’organisation des rencontres musicales mais aussi amicales qui ont été sans nul doute le ciment de cet ensemble vocal et instrumental.

En guise d’envoi, je reprendrai ici les paroles du chœur de la Cantate 190 de JS Bach (Singet dem Herrn ein neues Lied) :

Chantez au Seigneur un chant nouveau !

Que la communauté des saints dise ses louanges !

Louez-Le avec des timbales et des danses

Louez-Le sur les violes et les flûtes !

Seigneur Dieu nous Te louons !

Que tout ce qui respire loue le seigneur ! Alléluia !

Seigneur Dieu, nous Te rendons grâce !

0.1. cliquer sur les photos pour mieux voir ( il y a 3 pages ) 

… et pour télécharger les photos
en format .zip, cliquez ici

◊  ◊  ◊

Chapter 5. La Fête de la Confirmation a eu lieu

Chapter 6. dimanche, 29 mai 2011,

Chapter 7. à l’église de la rue Principale à Schiltigheim

voir les photos ci-après sur 2 pages !
( si vous désirez l’une ou l’autre photo en haute résolution, veuillez vous adressez à l’un des pasteurs ou à pierrediffine@orange.fr)

A l’issue de 2, voire 3 ans de catéchisme ce sont 7 jeunes cette année qui ont témoigné de leur foi et qui ont reçu le signe de la bénédiction de Dieu pour leur vie, entourés d’une assemblée nombreuse :

Nicolas Barlemann
Loïc Ehret
Turcan Ramspacher
David Richard-Molard
Pierre Ruch
Frédéric Schleiffer
Mélissa Schmutz

Vous pouvez également
télécharger l’intégralité des photos en haute résolution ici en format zip !

cliquez sur la photo pour agrandir !

… les voici,  lors du culte de présentation du 22 mai 2011

à l’église de la Trinité où nous avons dit ensemble

le Credo de l’évêque des pauvres,

Dom Helder Camera (Brésil, 1909-1999) :

1) Je crois en Dieu qui est le Père de tous les hommes

2) et qui leur a confié la Terre.

3) Je crois en Jésus-Christ. I

4) l est au milieu de nous, le Seigneur vivant.

5) Je crois en l’Esprit de Dieu

6) ui travaille en tout homme de bonne volonté.

7) Je ne crois pas au droit du plus fort,

8) au langage des armes, à la puissance des puissants.

9) Je veux croire aux droits de l’homme,

10) à la main ouverte, à la puissance des non-violents.

11) Je ne crois pas à la race ou à la richesse,

12) aux privilèges, à l’ordre établi.

13) Je ne crois pas que la guerre et la faim soient inévitables,

14) et la paix inaccessible.

15) Je veux croire à l’action modeste,

16) à l’amour aux mains nues et à la paix sur terre. Amen.

◊  ◊ ◊

Chapter 8. et voici encore « le film »

Chapter 9. de notre Fête+Vente paroissiale

Chapter 10. des 7+8 mai 2011  ( sur 2 pages ! )

si vous voulez l’une ou l’autre photo en haute résolution, adressez-vous
à l’un des pasteurs ou à pierrediffine@orange.fr

…  ci-après le Messager d’avril à mai 2011

avec beaucoup d’informations intéressantes

– page après page …

0.1. Page1_La Révolution…
0.2. page2_De bons moments passées … et à venir
0.3. Page3_Notre projet de paroisse
0.4. Pages4+ 6_La Chorale de la Trinité, hier et aujourd’hui
0.5. Page5_Bientôt chez nous_Fête-Vente et Concerts
0.6. Page7_Joies et peines…_divers
0.7. Page8_plan des cultes et temps forts

et voici le Messager dans son intégralité

&

♥ pour les « Evènements passés » :
la rubrique chronologique du mème nom mérite un détour !

&

♥ pour une visite à la famille Carlen
que nous soutenons au Cameroun
rendez-vous à :
http://famillecarlen.blog4ever.com/blog/index-358052.html

&

 

On pense parfois que l’enseignement du Christ est à l’extérieur de soi, quelque chose à quoi il faut croire; il faut être à la hauteur du chemin! Pourtant, le Christ n’est pas une croyance ni un dogme. Mais c’est apprécier la vie à son plus haut prix, apprécier pleinement le don qui nous est fait à chaque instant. Il faut en faire l’expérience jusqu’au bout.

 

Nous avons une tendance très coriace : vouloir trouver un terrain solide, vouloir nous accrocher à quelque chose de solide et de prévisible! Nous nous accrochons à une représentation de la naissance du Seigneur : toute une imagerie d’enfance faite de nostalgie et de sentimentalité! Pourtant, nous savons bien que nous accrocher à quoi que ce soit bloque la venue de notre Seigneur, que la seule façon de préparer notre crèche, c’est de demeurer ouvert, de trancher net, avec patience, dans toutes ces tendances à se cramponner à quelqu’un, à quelque chose!

 

Il faut du courage. Arrêter de vouloir se rassurer! Alors on peut se détendre dans une interaction ouverte avec le monde, sans aucune réserve. On s’entraîne avec patience à avancer dans cette direction, et peu à peu, on entre en relation avec l’esprit qui ne connaît pas la peur!

 

Nous pouvons affirmer : Dieu accomplit sa vie en formant notre vie. Dieu est vie individuelle, Il accomplit sa vie par ce qui paraît être la forme de nos vies, la forme de notre conscience individuelle. Comprenant cela, nous pouvons nous détendre! Et regarder notre vie : ce n’est plus tout à fait notre vie. C’est la vie de Dieu en train de s’épanouir individuellement! Dieu apparaît sur la terre comme toi et comme moi et, en nous rappelant ce fait, nous commençons à voir briller Dieu à travers nous. Les bienfaits dont nous faisons l’expérience sont à la mesure de notre compréhension que ceci est la vie de Dieu. C’est seulement ma vie et ta vie quand nous nous en emparons et quand nous essayons de la manipuler. Nous pourrions plutôt devenir des spectateurs actifs de Dieu s’accomplissant lui-même sur la terre, de Dieu apparaissant individuellement sur la terre, de Dieu s’incarnant sur la terre!

 

Voici Noël : Dieu est véritablement vivant sur la terre en tant que vous et en tant que moi!!!

Père, tout ce que nous désirons, c’est notre parenté avec toi, notre réalisation consciente du Christ – non pour une quelconque raison – mais juste pour la joie d’être assis là avec le Christ. Christ vit notre vie! Dès le moment où nous avons le Christ, nous n’avons plus à vivre de vie dont nous serions les propriétaires! La responsabilité repose sur ses épaules! A partir de maintenant, tout ce que nous avons à faire est de le suivre où il nous mène, en de verts pâturages, le long des eaux tranquilles.

 

Que la paix qui surpasse toute intelligence descende sur nous! Ta paix, une paix intérieure, une grâce intérieure, une joie intérieure, une harmonie intérieure! Que le Saint Esprit nous remplisse et nous enveloppe! Que l’esprit du Christ remplisse notre âme, notre intelligence, qu’il remplisse nos êtres et nos corps!

 

Dans le calme et la confiance sera notre force! Parce que l’esprit du Seigneur est sur nous! Amen.

 Michel Roth

Suzanne et Louis,

 

En prenant de l’âge, en avançant vers la fin de sa vie, on vit ce paradoxe : l’homme extérieur décroît, l’homme intérieur croît. C’est le sens de la Parole de Paul dans l’épître aux Corinthiens :  » Tandis que notre homme extérieur s’en va en ruine, notre homme intérieur se renouvelle de jour en jour.  »

 

C’est ce que nous voyons, ce que nous constatons. De même que nous observons la croissance ou la décroissance de la lune, alors qu’en fait, elle reste entière. De la même façon, notre décroissance, en vieillissant, est un effet d’optique. En réalité, notre être reste entier, mais ce n’est pas visible.

 

Nous commençons à comprendre que nous allons passer notre temps à lâcher… pour laisser advenir ce qui arrive. Cette acceptation du changement est un chemin, avec ses étapes que nous connaissons bien! Hmm!Hmm! Enfin, nous pratiquons plutôt la dénégation : le fait qu’on y croit pas trop, on essaie de mettre cela de côté, et puis la réalité s’impose!

 

Dans notre avancée en âge, Suzanne et Louis, nous pouvons épouser!!! les moments où l’on est déprimé et triste. Puisqu’ils font partie du chemin, puisqu’ils font partie de notre maturation. Et quand on épouse les moments de dépression, on les traverse! Cette dépression très répandue et qui avance masquée! La fatigue, les douleurs articulaires, les insomnies! Nous ne pouvons tout simplement plus faire les mêmes choses qu’avant! Le vieillissement de notre visage et de notre corps est évident dans le miroir. Il faut renoncer à notre jeunesse!

 

Bienheureuse dépression!!!

 

N’ayons pas peur de traverser notre dépression, n’ayons pas peur d’épouser notre tristesse! Une tâche sacrée nous attend : accepter à travers tous ces petits deuils, l’érosion de nos facultés et de nos capacités! Combien cette remise en ordre est une étape nécessaire dans notre mûrissement! Une vie accomplie est une vie apaisée. Alors, nous pourrons contempler notre passé, nous pardonner nos échecs, nos erreurs, pardonner aux autres et surtout, leur demander pardon!

 

 » Il est possible que votre paysage intérieur, Suzanne et Louis, connaisse un nouveau printemps, qui ne sera sûrement pas un réveil de vos forces juvéniles mais un réveil à une toute autre vie dans laquelle il n’est plus question de faire mais d’être, au-delà du temps.  »

 

La naissance est un événement extraordinaire, elle est ce moment étonnant de l’apparition de la vie. Elle est aussi extraordinaire parce qu’elle est le commencement d’une série de naissances. On naît plusieurs fois dans sa vie. A l’enfance, à l’adolescence, l’âge adulte, à la vieillesse! Et surtout, on naît aussi à soi, à son âme, à son être intérieur! Peut-être la plus belle naissance qui soit! Parce qu’alors, vivant consciemment, la vie prend tout son sens, toute sa saveur! On collabore activement à la vie et à l’univers! Notre vocation d’homme s’accomplit alors!

 

C’est quand nous serons nés à nous-mêmes, dans la mesure où nous aurons réalisé la dignité de notre personne, c’est dans cette mesure que nous rencontrerons le seul Dieu, le Dieu Vivant, le Dieu Esprit, qui ne peut se révéler que dans cet espace de lumière que nous serons devenus. Nous avons à surgir aujourd’hui, Suzanne et Louis, comme des êtres tout neufs et ainsi, à donner au monde sa véritable signification. En faisant de vous le corps de Dieu, en permettant au Dieu vivant de se réaliser à travers votre visage, vous ajouterez au monde ce qui ne peut exister sans vous!

 

Nous ne pouvons naître à nous-mêmes que dans une ouverture totale à Dieu.

 

Nous voulons donc, Suzanne et Louis, garder notre coeur ouvert et ne pas l’enfermer dans un passé qui ne contient pas notre secret. Nous contemplerons nos origines en avant de nous-mêmes et nous chercherons Dieu là où se trouve l’homme nouveau.

 

En donnant à notre vie toujours davantage de dimension humaine, en la rendant plus vaste, plus fraternelle, plus belle, afin que le Visage de Dieu puisse s’y reflèter! Amen.

« Older entries