Culte de la Confirmation 2017, dimanche 18 juin 2017

… voir ci-dessous tout l’album photo …

Chères sœurs et chers frères,

Comment  convaincre quelqu’un de son tort ? Vous êtes-vous déjà posé cette question, dans l’éducation de vos enfants peut-être, en pensant aux dérives de notre monde, ou peut-être même en constatant votre propre dureté de cœur ? Comment vraiment convaincre quelqu’un de son tort ?

Jésus nous parle par une histoire : « Il y avait une fois… » . Et le bon docteur Luc, sensible aux problèmes sociaux, aux malades et à leur guérison, la formule d’une façon des plus impressionnantes… On va vous la lire. Ecoutez bien. Luc 16,19-31 (lecture et prière)

Le riche, donc, quel était déjà son nom ? — Ah oui, il n’en avait pas, Monsieur le riche, tout- simplement. Son agenda est plein, son quotidien est rempli de soucis… quel habit choisir, quel repas offrir, quel décor cette fois-ci ?

Et puis le pauvre, il a un nom, lui, Lazare, Eleazare, « Dieu-aide » en français. Plus souffrant que lui tu meurs ! D’ailleurs c’est ce qui lui arrive : Ci gît Eleazare, dit le texte. Même les chiens, animaux impurs par excellence dans la Bible, comme peut-être les rats pour nous autres, mêmes les chiens auront eu plus de compassion pour lui : puisqu’ils lui nettoient ses plaies dégoûtantes, pendant que Monsieur Leriche passe sa porte et passe par-dessus l’agonie de Lazare, sans un geste, sans un mot. Un monstre d’inhumanité. Même en enfer il ne s’occupera que des siens et essaie d’utiliser Lazare comme son serviteur…

Maintenant, concrètement, qu’aurait-il du faire, frères et sœurs, je vous le demande. Qu’aurait-il pu faire ?

« On ne peut pas résoudre les problèmes de tout le monde, n’est-ce pas ? Ce pauvre, il faisait sûrement partie d’un réseau de mendicité organisée ! Et puis, il y a des spécialistes pour ça. – La France ne peut pas accueillir toute la misère du monde, et puis moi, ça me déprime trop, de voir tout ça !  » Voilà comment notre cœur se ferme.

Et pourtant. Moïse et les prophètes, la Bible,  Monsieur Leriche les connaissait: « Tu dois aimer le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta force. »  Mais Monsieur Leriche, son cœur, son âme et sa force, il en avait besoin pour d’autres choses, nous l’avons vu.

Et nous, jeunes débutants dans la foi, ou confirmés de longue date, nous qui sommes de toute bonne volonté, nous nous demandons aussi parfois s’il est bien possible de garder son cœur ouvert à tous ces problèmes et à toutes ces choses décevantes que les humains sont capables de faire. Comment nous convaincre de notre tort ?!  Seigneur, comment vas-tu nous guérir, nous encourager encore ?!

L’histoire que le Seigneur nous confie ce matin nous montre le monstre que nous pourrions devenir si nous fermons nos cœurs, nos yeux, notre intelligence. C’est déjà ça. Car il est urgent pour nous aussi de garder ouverts nos cœurs à cette utopie du Royaume de Dieu, qui n’est simplement pas encore réalisé, mais qui vient. Alors, même peiné pour l’autre sans pouvoir résoudre son problème notre cœur, rempli de cette folle espérance, trouvera sans se tromper tout seul les chemins de la paix, de la justice, de la sauvegarde de la création.

Voir en l’autre simplement un humain, créé comme moi par le même Créateur, avec la même dignité inaliénable et puis d’entrer en contact d’humain à humain. Voilà ce qui aurait pu sauver la situation. Peut-être que Monsieur Leriche aurait simplement pu organiser un peu de soutien, tout simple ?

Comment le convaincre de son tort ? Hhm, ce fut peine perdue. Mais comment me convaincre, moi de mes torts et duretés de coeurs ? Frères et sœurs, que l’histoire du pauvre Lazare  nous ouvre les cœurs, les mains et l’intelligence dans notre marche vers le Royaume, jeunes et gens d’expérience, ensemble.

« Merveilleux Seigneur, ne te décourage pas avec nous, continue à nous mettre à cœur tes histoires !  Amen ».

Ulrike Richard-Molard

 

Ulrike Richard-Molard a partagé un album avec vous (photos prises par Frieda Bohnert) :  
    Confirmation SCHILTIGHEIM 2017  
    Afficher l’album

 

Tags: