Culte d’installation du nouveau Conseil Presbytéral avec Sainte-Cène le 25 février 2018 à l’église de la Rue Principale

Tout est grâce !

Lectures du jour :  Psaume 25; Esaïe 5,1-7; Romains 5,1-5; Marc 12,1-12 

Prédication de Michel Roth :MichelRoth (3)

Quelle est la pointe de cette parabole ? De quelle manière nous concerne-t-elle ?

Revenons à nous-mêmes et revenons à notre expérience intérieure !

Il y a un être intérieur, un être secret, un être qui parfois nous semble caché ! Cet être est ! Il ne s’impose pas. Pourtant il détient toute l’autorité. Nous ne pouvons pas soulever une paupière sans lui, mais il n’impose rien. Il attend que nous le reconnaissions, il attend que nous l’aimions. Cette réalité vivante cherche à apparaître ! Alors comment nous disposer intérieurement pour l’accueillir ?

Si nous continuons à chercher avec notre personne extérieure, avec nos moyens habituels, j’allais dire, avec nos gros sabots, nous avons peu de chance de reconnaître ce fils bien-aimé, et encore moins, le maître et ses serviteurs!Notre attitude doit changer complètement, sinon nous allons les « tuer » comme dans la parabole.

Une grandeur est là, une vérité est là, une force incroyable est là qui nous attend. Est-ce que nous la désirons ? Est-ce que nous voulons entrer en contact avec elle ? Est-ce que nous désirons cette communication ?

C’est à chacun de nous de dire : oui ou non ! Peut-être que jusqu’à présent nous avons toujours dit non ! Mais pourtant, maintenant nous avons de dire oui ! Ce serait très facile, s’il suffisait simplement de dire oui ! Mais il faut que ce soit d’une telle qualité, d’un tel consentement…!Mon oui n’est pas total ! Entendez-moi bien, notre oui à certains moments est sincère, mais il n’est le oui que de deux ou trois cellules, de deux ou trois petits serviteurs. Ce n’est pas le oui de toute notre structure, de tout notre être ! Et c’est cela que nous ne saisissons pas toujours. Alors nous nous étonnons, nous nous décourageons, nous devenons même blasphémateurs ! Nous ne nous rendons pas compte que nous avons donné si peu d’accord que la communication ne pouvait pas se faire.

Rappelons-nous ! Notre dimension réelle est le Christ. Lorsque nous nous tournons vers lui, nous n’avons aucune preuve tangible de l’aide qui est à notre portée, mais nous avons une assurance et une compréhension intérieures d’une Présence qui va au-devant de nous ! Nous avons une conscience intérieure de la manne de demain bien que nous ne puissions pas la voir aujourd’hui, et nous vivons par cette grâce intérieure !

Laissez le règne de Dieu être avec vous car son Royaume dure à jamais. Ôtez votre regard du monde extérieur et dans le silence de votre être, comprenez que vous êtes chez vous en Dieu, et ne cherchez plus au-dehors.

Communiez au-dedans de vous-mêmes ! Consacrez des minutes et des heures à la communion ! Retirez-vous du monde extérieur ! Vivez comme si vous étiez le Fils de Dieu, ce que vous êtes réellement. Niez toutes les apparences contraires, tenez bon dans la foi que vous avez acquise ! Reposez-vous du combat physique et psychique et laissez le Royaume s’écouler à travers vous. « Dans la confiance et la quiétude sera votre force. ». Au moins une fois par jour – et plus souvent si c’est possible – retirez-vous dans la présence pour établir le contact avec Christ. Que vous y réussissiez d’emblée ou non n’est pas important. Ce qui est important c’est que vous continuiez de vous retirer dans votre être intérieur et là, que vous laissiez s’établir le contact avec cette identité intérieure, avec cette manne cachée, alors vous saurez que, quelles que soient les circonstances de votre expérience humaine, – les affaires, la santé, la famille – un changement va petit à petit s’installer. Le Christ est une présence et un pouvoir vivant, le plus grand jamais connu. Le Christ, en tout temps, et pour tous ceux qui l’ont touché, a vaincu le monde, non pour le monde, mais pour vous et pour moi qui l’avons découvert et ressenti.  Amen

Le CP nouveau (de gauche à droite) :

Paul WEHRLIN
Pascal HALLER
Francine BAERMANN
Patrick RUCH
Danielle DILIGENT
Guy MARCOT
Afi ALAGLO
Yvette OSTER
Ingeborg DIFFINE
Jean-Luc DUPREZ
Mariette GREINER (excusée)

Conseillers sortants :  Mireille DJOTANG-NGNIA et Marlène HALLER
qui sont remerciées par le vicre-président JeanLuc Duprez et qui répondent :

JeanLuc remercie Marlène la présidente sortante Marlène et Michel Marlène répond ...    JeanLuc remercie Mireille CP sortante

Mireille répond ...  … et parfois les émotions troublent la vue :

les émotions troublent la vue ...

 

Pour clore cette belle célébration nous disons notre foi :

Je crois en un Dieu qui ressuscite de la mort de la lettre pour devenir une part de ma vie.

Il voit mes erreurs et souffre à cause d’elles, il me parle et m’enseigne. il me guide.

Je crois en Jésus Christ, un Dieu qui a parcouru mes chemins et qui en connaît les lumières et les ombres. Un Dieu qui a ri et qui a pleuré; qui voit les haines qui excluent, qui divisent, qui marginalisent, qui blessent et qui tuent …

Je crois en un Dieu qui voit tout cela … et qui en pleure.

Mais je crois aussi en un Dieu qui voit une mère donner le jour, et c’est une vie qui naît de la douleur ; qui voit jouer deux enfants, et c’est une graine de solidarité qui germe, qui voit la fleur pousser sur les ruines, et c’est un commencement nouveau …

Je crois en un Dieu qui voit tout cela et qui rit – parce que, malgré tout, il y a l’espérance.  Amen.

 (extr. de  « Expressions de foi de l’église universelle », Défap :
Eglise évangélique vaudoise du Rio de la Plata, Eglises réformées en Argentine)

Tags: