Célébration oecuménique de la JMP le 2 mars 2018 à l’église de la Trinité

Pour voir le livret de notre célébration œcuménique à Schiltigheim, cliquez ici : 

JMP 2018 Suriname _Schiltigheim-Trinité

… voici quelques images avec les intervenantes :

CIMG4333 CIMG4334 CIMG4335 CIMG4337 CIMG4338 CIMG4340

CIMG4341

Le message de Michel Roth :

Nous perdrons tout. Notre argent, notre réputation, nos réussites et peut-être même nos souvenirs.

Notre apparence va se faner. Les personnes que nous aimons vont mourir. Notre corps tombera en morceaux. Tout ce qui semble permanent est en réalité changeant et sera écrasé. L’expérience nous dépouillera graduellement ou pas si graduellement que cela, de tout ce dont elle peut nous dépouiller. Nous réveiller, entrer vraiment dans la vie, le mouvement de l’évangile, signifie faire face à cette réalité les yeux ouverts.

Mais ici même, en cet instant, nous nous tenons sur une terre sainte et sacrée ! Ce qui sera perdu n’a pas encore été perdu. Et comprendre cela est la clé d’une joie incroyable ! Et il voit que cela est très bon !Tous ceux qui sont dans notre vie, toutes les choses qu’il y a dedans, ici même , ne nous ont pas encore été retirées. Tout est présent.

Cette loi, parfois terrible, du changement a déjà rendu toutes les choses et toutes les personnes autour de nous profondément sacrées, très importantes et dignes d’une gratitude à nous fendre le cœur.

La perte a déjà transfiguré notre vie en autel !!! Et nous voyons que cela est très bon !

Nous apprenons même à voir nos peines les plus profondes comme un mouvement intelligent de la vie, et non comme une menace envers la vie. Nous nous rappelons que nous sommes assez vastes pour tout englober – la douleur et le plaisir, le bon et le mauvais, la lumière et l’obscurité. Nous sommes bien loin d’être aussi limités que nous l’avions imaginé !

Nous pouvons tomber amoureux de ce qui est ! Et recevoir cette invitation simple et radicale : arrêter d’attendre que le monde nous rende heureux.

Arrêter de faire que notre joie intérieure dépende des choses extérieures – des objets des gens, des circonstances, des expériences…

Faire une pause dans notre vie…nous arrêter ! Et découvrir le bonheur naturel que nous sommes et avons toujours été, ce contentement qui fait partie de nous-mêmes et qui ne dépend pas du contenu toujours changeant de la vie. Merci à la Vie !

J’aimerais vous parler de cette femme, Claire Geyer, qui vient de fêter ses 104 ans, un verre de crémant à la main, à St Charles, et qui voit que cela est très bon ! Madame Claire Geyer, pleine de gratitude, remerciant toutes les personnes qui l’approchent , sourde, presque totalement, mais souriante, trouvant que tout le monde est tellement gentil avec elle! Et l’exprimant sans retenue, à longueur de journée ! Elle illumine tout son étage, le troisième, et tout le personnel soignant qui s’occupe d’elle !

pour voir les 2 x 10 commandements
du respect de la Création
proposés par les femmes de Suriname cliquez ici : 

… et pour la destination de la collecte, cf. la collecte cf. pp. 9 et 10 dans le livret …

CIMG4343