Culte du Jubilé de Confirmation, Dimanche des Rameaux, 9 avril 2017

Lectures :  Psaume 23; Philippiens 2,5-11; Jean 12,12-19; Marc 14,3-9P1030124

 

Prière : Seigneur Jésus Christ, ouvre nos oreilles et nos cœurs à Ta parole, ce matin, pour notre vie. Amen.

« Vive le roi, Hosanna, vive notre Sauveur, Jésus de Nazareth! »

J’ai l’impression d’entendre les cris de la foule à Jérusalem jetant leurs manteaux et d’innombrables branches sur le chemin de Jésus, juste pour que surtout son pied ne foule pas la poussière… Un peu plus tard ce sont les mêmes qui crieront: Crucifie-le, crucifie-le! Personne ne sait très bien pourquoi, mais tout le monde s’abandonne à l’émotion du moment et surfe sur la vague. Jusqu’où portera-t-elle ? En 1967 vous étiez ____ jeunes, une vraie déferlante à vous tous seuls. Vous étiez alors portés par une religion encore omniprésente, partagée par tous ou presque. Ce dimanche des Rameaux-là, déjà, la foule versatile de Jérusalem vous posait la question : Seras-tu fidèle, toi ?

P1030126

Parfois peut-être t’es-tu trompé, à travers les expériences que le Seigneur t’a fait vivre, tu as peut-être été amené à rectifier l’image que tu te faisais de Jésus, ce jour-là, à 14 ans. Alors tu es exactement comme les amis qui entouraient le Seigneur à Jérusalem. Ecoutez, ils seront drôlement secoués par Lui :

Peu de temps après son entrée triomphale Jésus se retrouve au calme autour d’une table de fête. Un moment de bonheur, même si l’inquiétude plane désormais, car les menaces contre lui sont plus fortes à présent. Voilà ce qui se passe : (Lecture 14,1-5)

Cette femme, sans nom chez Marc et sans parole. C’est son geste qui parle et il est franchement inouïe! Non contente de jeter un vêtement ou une branche elle a versé un parfum excessivement cher sur la tête de Jésus. Du nard pur des flancs de l’Himalaya, dans un flacon hermétiquement bouché pour cette importation lointaine, un vase d’albâtre. Même pour une riche, en voilà une dépense! Et puis de s’approcher de Jésus de la sorte, est-ce bienséant? Ben voyons, n’y a-t-il personne pour l’arrêter ?! Ah, voilà : enfin des hommes raisonnables, eux, se lèvent, et leur argument semble irréfutable : L’unique usage bon de l’argent, c’est la solidarité, pas le luxe.

En effet à quoi bon construire des églises somptueuses par exemple, à Rome, à Dresde ou à Yamoussoukro ?! Rénover nos clochers schilikois ou églises bischheimoises pour des dizaines, des centaines de milliers d’euros ?! Comme Jésus doit être soulagé, oui, heureusement qu’ils sont là, ces hommes, pour rappeler que les pauvres n’ont pas besoin de luxe, mais d’une organisation rationnelle. (F.Quéré, Femmes des Ev, p.101) … Alors, alors, mais pourquoi ne bouge-t-il pas, Jésus?

Lisons la suite : Marc 14,6-9

Et toc, les voilà servis et nous avec eux ! C’est elle qui avait raison et nous, nous devons nous souvenir d’elle. Une fois l’an au moins. Mais qu’a-t-elle donc fait de si mémorable, aux yeux de Jésus?

Et bien, tout d’abord nous voyons que Jésus accorde à une femme parfaitement le droit de prendre ses propres décisions sans être critiquée. Puis nous notons qu’il l’autorise à faire ce qui ne se faisait pas, en la laissant s’approcher tout près de lui. Enfin Jésus donne un sens à son geste, comme une ouverture aux événements de sa passion à venir : Car cette huile parfumée qu’elle verse sur la tête de Jésus, rappelle non seulement une autre huile, celle de l’onction royale, versée par le prophète Samuel sur le jeune David, le roi David, l’image-même du roi-sauveur à venir, du messie, maschiach en hébreu, christos en grec, l’oint, justement. Oui, pour cette femme, clairement, Jésus était le roi de sa vie, le messie tant attendu et digne de recevoir les plus grands honneurs et de n’importe quelle dépense.

Comme la pauvre veuve au Temple (Mc 12,41-44) qui donna tout ce qui lui restait pour vivre, la femme de Béthanie, ne calcule pas, alors que les disciples, eux, comptent: 300 pièces d’argent, le salaire d’une année! Ce n’est pas leur argent, mais ils veulent néanmoins en disposer pour aider, oui Monsieur. Tout cet argent… Jésus, peu après, sera livré pour bien moins que cela, 30 pièces d’argent (Mt 26,3). Décidément! Vraiment, les disciples masculins font constamment piètre figure. On comprend qu’ils eurent du mal à oublier l’épisode, au point qu’il s’est retrouvé dans les évangiles.

Encore tout sonnés ils entendent Jésus donner un autre sens encore à son geste: Elle a préparé mon corps au tombeau. explique-t-il. Combien de fois Jésus avait-il dit que bien que fils de Dieu il mourrait. La dévotion de la femme devient une prophétie sans paroles et elle réconforte Jésus, qui la laisse faire.

Alors, frères et sœurs, chers confirmants qu’en pensez-vous : Est-ce qu’à partir de ce récit, il faut opter pour la dévotion plutôt que pour l’engagement social? A partir de maintenant est-ce l’investissement sans mesure dans la pierre contre de sages économies? —-  De faux débats ! nous dit Jésus ce matin.

Nos collègues de Bischheim nous ont fait part d’un regain de dynamisme dans leur paroisse suite à la belle rénovation de l’église rue Nationale.

Puis le pasteur Roth nous rappelait combien la beauté des locaux accueillant les jeunes en difficulté, dont il s’occupait à Strasbourg, était importante pour leur redonner force et courage. Frères et sœurs, mais c’est l’un et l’autre. Oui : « Vous aurez toujours des pauvres, moi, vous ne m’aurez pas toujours. dit Jésus. Profitez des moments forts dans ma présence. »

Frères et sœurs, confirmants de 1961 et de tous les temps, de 2017, 18… Que nous nous trompions ou non, nous sommes les disciples du même Seigneur. Et ce matin, nous vivons, nous aussi, un moment privilégié dans sa présence. L’occasion nous est donnée dans la prière et la confession de foi de lui renouveler notre attachement, de lui exprimer à notre manière notre adoration et notre engagement. Sans hypocrisie ni calcul.

Alors : Même si elle nous déroute, que Dieu soit loué pour l’exemple de la femme de Béthanie qui a osé s’engager à fond avec le Seigneur Jésus le Christ, roi et serviteur de tous les humains. Amen

Ulrike Richard-Molard