Culte de présentation des confirmands, Pentecôte 2017

DSC_4698Thème du jour :

« Ce n’est ni par la puissance, ni par la force, mais par mon Esprit que sera accomplie mon œuvre !  »
Zacharie 4,6

Présentations :

Marc (par Eléa)

voici Marc. Après son frère Eric l’année dernière et avant le frère cadet Pierre c’est à lui de confirmer son baptême cette année. Des trois frères Marc est celui du milieu. Son prénom est biblique, celui de l’Evangile du milieu des quatre dans le Nouveau Testament, tiens.

Vous avez vu Marc très souvent au culte et depuis longtemps. Il a participé aux saynètes bien avant le KT, mais ce qu’il préfère au culte comme dans la vie, c’est aider, se rendre utile, donner un coup de main. Marc est joyeux. Il ne se laisse pas déranger.

Est-ce qu’il viendra aider aux fêtes paroissiales ? Qui sait… Marc :

DSC_4687

 

 

 

 

 

 

 


Florence
(par Peggy)

Je vous présente Florence. L’avez-vous remarquée à l’église ?

Elle aussi est venue très régulièrement participer à nos cultes avec sa mère… Si vous ne l’avez pas repérée, c’est parce qu’elle est a un tempérament discret. Et sérieux. Florence fait du piano et aime la musique en général.

Elle se sent prête à être confirmée maintenant et regrette juste qu’il n’y ait pas de jeunes à l’église. Une séance l’a particulièrement frappé au catéchisme, lorsque le pasteur Michel Roth a discuté avec nous du sujet hommes-femme il y a quelques temps. Est-ce qu’elle reviendra pour jouer un peu de piano ici ? Qui sait… Florence :

DSC_4689

Léo (par Faniry)

Et voici Léo. Léo a deux soeurs. La grande, Olivia, a déjà un petit garçon que nous avons baptisé ici, il n’y a pas longtemps. Quand la pasteure Ulrike a présenté le projet du spectacle JONAS pour la rentrée 2017 Léo est venu spontanément rejoindre la troupe des comédiens, avec sa petite sœur, Gaëlle. Et dans la pièce, ils ont un rôle proche de leur vie quotidienne, faite d’amour et de petites chamailleries… Léo réfléchit à bien des choses, mais il ne nous dit pas toujours tout. Il est avec nous et en même temps un peu ailleurs parfois. Léo, on aimerait bien mieux te connaître en fait… En tous cas vous le verrez sur les planches en octobre-novembre pour le grand encouragement de JONAS. Léo :

DSC_4690

Faniri (par Fanny)

Je vous présente Faniri. Sa famille est originaire de Madagascar, où les jeunes sont invités à la confirmation beaucoup plus tard, vers 18 ans. Du coup Faniry est un peu plus âgé que nous et a presque 16 ans déjà.

Après avoir vécu en Lorraine, Faniri est devenu schilikois. Jésus Christ n’est pas du tout un étranger pour lui, car il a fréquenté l’école du dimanche de Marcelle et Marlène, les cours de religion avec Ulrike et Michel et les deux églises malgaches de Strasbourg avec ses parents en plus de notre paroisse. Tranquille et un peu timide, voilà son tempérament. Nous l’aimons bien depuis les retraites de catéchisme où on a fait sa connaissance. Peut-être que grâce à lui on pourra faire un petit groupe des Jeunes ? Qui sait…. Faniri :

DSC_4692

Flore (par Louise)

Je vous présente Flore. Elle est grande, vous voyez, mais à la maison c’est la petite dernière. Ses deux grandes sœurs, Leslie et Mélissa lui ont ouvert les portes du catéchisme qu’elle a suivi depuis trois ans, sans regrets, après les cours de religion à l’école primaire. Quand elle pense à Jésus Flore trouve que plutôt que de parler de lui, il faut faire ce qu’il dit et vivre avec lui !

Jouer des saynètes justement, c’est concret, chanter aussi. Flore :

DSC_4691

Tania (par Lukas)

Last but not least : voici Tania.

Un peu rebelle sur les bords, Tania a finalement beaucoup apprécié le catéchisme, qu’elle trouve intéressant et où on apprend plein de choses, sur Dieu, la Bible et la paroisse. Tania est partie avec nous en Hollande en 2015 avec son petit frère Enzo et a participé à plusieurs saynètes d’église. Mais ce qu’elle préfère quand-même c’est rire. Mais oui. Et chanter, alors ça oui, chanter.

Si ça se trouve elle viendra un jour à la chorale gospel, avec ses parents, pourquoi pas ? Qui sait…. Tania :

DSC_4693

Souvenirs

  1.  Plus tard, quand nous allons nous souvenir de notre catéchisme, beaucoup d’images et de souvenirs nous viendront à l’esprit.

Nous avons appris le Notre Père par cœur, c’est sûr, mais nous avons beaucoup discuté aussi de la vie devant Dieu et découvert les grands thèmes de la foi, la Bible, la prière, la confession de foi, le culte.

2.  Une des leçons, toute simple, c’est celle de la roue de la Prière. Vous connaissez ?

Une roue est faite pour tourner, pas pour rester immobile, pour tourner et rouler et avancer, toute la vie. (tourner la roue)

dans notre vie avec Dieu, au centre de cette vie, se trouve la prière. Elle est là tout le temps. Il ne faut pas qu’elle s’arrête, jamais. Alors nous allons avancer !

pour être bien stable, une roue, de vélo par exemple, a besoin de rayons. Si un rayon se casse il faut tout de suite le réparer, sinon, la roue va se voiler, se voiler de plus en plus, faire un huit, comme on dit et puis se casser, se briser.

Il faut tous les rayons dans notre vie de prière !DSC_4697

On en a nommé quatre :

ADORER, adorer d’abord, louer et adorer, admirer notre Dieu. Pas tout de suite lui demander des choses ! D’abord le regarder, le contempler, méditer ses exploits et dire, chanter, admirer sa bonté, sa sagesse, sa grandeur, sa puissance… ADORER

REMERCIER ensuite, pas se plaindre et râler tout le temps, mais formuler et dire clairement tout le bien que nous recevons, que je reçois, que j’ai eu dans ma journée, cette semaine, sur cette terre, dans ma classe, ma famille, la société etc. etc. REMERCIER

RACONTER et oui, raconter la vie à notre Seigneur. Il sait tout, évidemment, mais il nous écoute avec une bienveillance infinie. On peut vraiment tout lui dire. Parler nous fait du bien. Mais il faut savoir aussi que ses enfants qui lui parlent, cela fait un plaisir énorme à notre Père céleste. SE RACONTER

DEMANDER. Nous pouvons demander ce que nous voulons. Y croire fermement. Notre bon berger nous donnera tout ce qu’il nous faut, ni plus ni moins et ne nous veut pas de mal jamais. Quand nous lui demandons de bénir les autres, ceux qui souffrent, on appelle cela une prière d’INTERCESSION. Demandez et vous recevrez. DEMANDER.

Tourne, roue de la prière !!

DSC_4703

Chers frères et sœurs, petits enfants, ados, grand-mères, voisines, débutants ou confirmés dans la foi en Jésus Christ, que la grâce et paix, la créativité, l’envie d’entreprendre en Son nom et surtout une longue, longue haleine vous soient données et renouvelées aujourd’hui par notre Seigneur ! Amen.

Moïse, l’esprit de Dieu en Lui, ce grand héros de la foi, notre exemple à tous…vous vous souvenez ? Petit  esclave hébreu, voué à la mort certaine par le cruel Pharaon, mais sauvé grâce à sa mère, sa sœur, Myriam, aux sages-femmes en général et à la princesse d’Egypte bien-sûr. Il avait découvert Dieu sur le tard du coup. Et puis il avait fait des erreurs, et c’est peu dire, il avait commis un meurtre. Appelé quand-même par le Tout Puissant qui l’a cherché, et recherché combien de fois ?!, au buisson ardent, Moïse a fini par faire de gigantesques efforts, a annoncé et traversé les dix terribles plaies d’Egypte, puis enfin libéré le peuple entier, séparé la mer elle-même en deux, donné les 10 commandements et affronté le veau d’or et marché dans le désert longtemps, si longtemps… Et puis Moïse avait construit la tente de la rencontre, là où lui vivait ce qu’aucun humain ne peut vivre : il voyait Dieu en direct. En revenait il était comme luisant de lumière à chaque fois… Moïse, vous voyez, frères et sœurs, un jour même pour lui la charge était trop lourde, trop grande, trop impressionnante, le peuple trop, mais trop décourageant. Fallait se rendre à l’évidence, c’était trop pour lui, même pour lui. Et Dieu, dans sa miséricorde infini, donna son Esprit Saint à 70 autres responsables.

C’est beau. Ca donne du courage !

Les amis de Jésus, les disciples, sa mère Marie et ses frères qui avaient fini par adhérer eux-aussi, vraiment sur le tard, vous le saviez, Jacques et Jude, voilà ils étaient tous réunis pour la fête de Chavouot, comme nos frères et sœurs juifs la semaine dernière. Moïse était dans tous les cœurs. Mais oui :  avant même de recevoir le Saint Esprit eux-mêmes, ils savaient bien qu’il arrivait à Dieu de distribuer son Esprit à un plus grand nombre. N’empêche que l’effet, le jour de cette première Pentecôte chrétienne, fut fulgurant, passionnant, étonnant, bref: enthousiasmant. Heureusement que Jésus, avant de rejoindre cette dimension invisible que nous appelons ciel, leur avait donné quelques explications sur ce qui les attendait.

Nous voilà donc encore à Jérusalem dans l’ambiance fébrile de fête religieuse populaire… Dans la foule, dans toutes ces ruelles étroites il était facile de se perdre, tiens, si vous n’habitiez pas Jérusalem… Je me suis imaginé le disciple Thaddée, un éternel retardataire, imaginé qu’il s’était encore trompé. Dans sa hâte, il avait pris la mauvaise porte, et était tombé sur un groupe de disciples de l’antique philosophe Platon. Apparemment le responsable du groupe de discussion devait partir et il était en train de prononcer son discours d’adieu :

« Je vais vous quitter bientôt, leur disait-il, et vous allez vous retrouver tout seuls. Mais si vous gardez bien en mémoire tout ce que je vous ai enseigné sur notre grand maître Platon, vous verrez, vous tirerez encore un large profit de sa sagesse. Et si vous l’appliquez, votre vie sera belle. »

Je pense que c’est à ce moment-là que Thaddée constata son erreur, qu’il partit vite rejoindre ses amis et Jésus. Jésus, qui lui aussi, devait s’en aller et leur faisait ses adieux : L’évangile nous le raconte :

« Maintenant, » leur dit-il,  « je m’en vais auprès de Celui qui m’a envoyé et aucun d’entre vous ne me demande « Où vas-tu ? », mais la tristesse a rempli votre cœur parce que je vous ai parlé ainsi. Cependant, je vous dis la vérité : il est préférable pour vous que je parte, car, si je ne pars pas, celui qui doit vous aider ne viendra pas à vous, Mais si je pars, je vous l’enverrai. » (v. 5-7)

« Ah, ouf, » se dit Thaddée, « c’est déjà ça. On ne restera pas livrés à nous mêmes, à nos souvenirs et à quelques écrits, comme les disciples de Platon. Eux, ils doivent puiser toute leur inspiration dans leur propre tête. Nous, notre Jésus va apparemment nous envoyer un remplaçant. Je me demande bien qui ce sera… » Et les disciples, dubitatifs, se regardaient les uns les autres :

 « Pierre peut-être… ? ou qui alors… ? Je me le demande.

En tout cas, il faut qu’il soit très fort pour arriver ne serait-ce qu’à la cheville de Jésus.

Oui, il doit vraiment être très fort, puisque le maître vient de dire qu’il était même préférable pour nous qu’il parte et soit remplacé… Allez, Jésus, parle, qui est-ce ? Dis-nous en plus tout de même ! »

et Jésus dit alors :

« Lorsque Celui qui doit vous aider viendra, il prouvera aux gens de ce monde qu’ils se trompent au sujet du péché, au sujet de la justice et au sujet du jugement de Dieu. » (v.8)

Et les disciples pensaient tout bas :

« Oh non, pas encore le péché, le jugement ! Les pharisiens nous en parlent suffisamment. On est déjà complètement culpabilisés.

« C’est vrai ! Toute la journée, ils n’ont que ces mots à leur bouche, leur bouche sans joie… 

« Continue,, Jésus, explique-toi ! » 

« D’accord, d’accord mes amis , » avait-il répondu, « mais alors laissez-moi parler, je n’ai pas du tout fini :

« Celui qui doit vous aider prouvera aux gens de ce monde qu’

ils se trompent au sujet du péché, parce qu’ils ne croient pas en moi.

Ils se trompent au sujet de la justice, parce que je vais auprès du Père et que je ne vous verrai plus.

Ils se trompent au sujet du jugement, parce que le prince de ce monde est déjà jugé. »

J’ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais vous ne pourriez pas les supporter maintenant. Quand viendra l’Esprit de vérité, il vous conduira dans toute la vérité.» (v. 9-13a)

Ce soir-là les disciples avaient continué à parler entre eux encore longtemps, alors que Jésus, lui, dormait déjà du sommeil du juste. Thaddée avait raconté sa visite impromptue chez les disciples de Platon et cela leur avait ouvert les yeux sur une chose : Jésus, même mort humainement et invisible à leurs yeux serait présent d’une manière radicalement différente de celle de l’antique philosophe défunt : Jésus leur enverrait carrément à chacun l’Esprit de Dieu.

Enfin quant à savoir ce que le maître voulait dire sur le péché, la justice et le jugement, ils ne tombèrent pas vraiment d’accord ce soir-là. Et donc, depuis, la question reste ouverte : Que dit l’Esprit de Vérité, que prouvera l’Esprit de Dieu aux gens de notre monde d’aujourd’hui ?

  1. Jésus dit: Celui qui doit vous aider prouvera aux gens de ce monde qu’ils se trompent au sujet du péché, parce qu’ils ne croient pas en moi.

Ah, oui, ça c’est certain, en parlant « péché » mais qu’est-ce qu’on se trompe, sans l’Esprit Saint ! On pense à la gourmandise, petit péché mignon, ou alors au contraire à une force destructrice insurmontable… Mais dans la confiance en notre Seigneur Jésus, nous découvrons à nous regarder, tels que nous sommes, sans jamais désespérer ni nous vanter bêtement…. Saint Esprit, viens Saint Esprit, nous avons tellement besoin d’être libérés du péché !

  1. Et puis Jésus dit : « Celui qui doit vous aider prouvera aux gens de ce monde qu’ils se trompent au sujet de la justice, parce que je vais auprès du Père et que je ne vous verrai plus.

La justice…  c’est la célèbre question : « Mais comment le Bon Dieu peut-il permettre ça ?! C’est si injuste ! » L’Esprit de Jésus, quand il vit en nous, nous révèle qu’il bon pour nous de continuer à vivre dans le monde, et non pas dans un monde religieux parallèle, qu’il est bon pour nous de ne pas être jamais 100 % sûrs, de ne pas encore voir son Royaume de nos yeux, mais de savoir qu’il est maintenant, Jésus, le Fils de Dieu, après avoir vécu sur la même terre de poussière, monté au ciel, devenu notre avocat universel devant Dieu le Père tout-puissant. Oui, Jésus passe son temps, jour et nuit, à prononcer un plaidoyer après l’autre pour nous défendre. Et si la terre tourne encore, si nous vivons et continuons à respirer malgré tous nos efforts pour réchauffer et détruire la planète, c’est bien grâce à l’incessante intercession de Jésus. Et ça, oui, c’est bon pour nous ! Saint Esprit, viens Saint Esprit, nous avons tellement besoin de sentir ta justice!

  1. Enfin, disait Jésus, l’Esprit de vérité prouvera aux gens de ce monde qu’ils se trompent au sujet du jugement, parce que le prince de ce monde est déjà jugé. 

Beaucoup pensent : « Le mal, il a toujours existé , faut pas trop rêver, d’ailleurs ça va de pire en pire … » Non, non, non, non. dit Jésus avec force: Le prince de ce monde, ce parrain maffieux est déjà derrière les barreaux : Il est encore puissant, il trafique encore, tout ce qu’il peut, mais depuis sa prison. Il est condamné, déjà incarcéré. Malgré les apparences il n’y plus de raison d’avoir peur, plus de raison de quitter le chemin dans les traces de Jésus, sa paix, sa générosité, sa bonté pour tous les humains. Saint Esprit, viens Saint Esprit, nous avons tellement besoin de sentir ta force de paix!

Et bien oui, mes chères sœurs, et chers frères, nous ne sommes pas un simple club de discussion philosophique, comme les disciples de Platon,  aussi utile que ce soit. Nous sommes les disciples du Dieu Vivant, présent en nous par son Esprit Saint pour annoncer ses merveilles. Qu’il nous envoie, remplis de Sa présence, pour annoncer les grandes œuvres de Dieu. Amen

Ulrike Richard-Molard

DSC_4699 DSC_4702